prothese de genou -Prothese-genou.com

 

                                 PROTHÈSE - GENOU . COM

Accueil

     

Contact

    Prothèse
     Totale

            Récupération
         Rapide

        Travaux

Docteur François PRIGENT spécialiste en Chirurgie Prothétique Hanche - Genou

Nous adhérons
aux
principes
de la charte
HONcode
.
Vérifiez ici.
B



Prise en charge et honoraires

Dernière mise à jour :
20/09/2017

Autre site : Prothèse de hanche
www.clinique-de-la-hanche.fr
et www.genou-douloureux.com

   
  Code de confidentialité
 

Site médical certifié
Health On the Net :

Informations

 

VOUS TROUVEREZ TOUTES LES INFORMATIONS EN CLIQUANT SUR LES ITEMS SUSJOINTS  


UN EXEMPLE DE FICHE D'INFORMATION SANS LES ILLUSTRATIONS :


GÉNÉRALITÉS SUR LA PROTHÈSE DE GENOU


Le genou naturel est composé de trois parties :

L’extrémité inférieure du fémur qui a la forme de deux roues accolées : les condyles
L'extrémité supérieure du tibia, en plateau.
La rotule : petit bouclier situé sur l'avant du fémur

Les mouvements articulaires se font par glissement entre ces composants osseux, recouverts d'une couche de cartilage.

Les espaces de glissement
sont au nombre de trois. Ils sont appelés compartiments.

1. Entre un condyle fémoral et le plateau tibial
2. Entre l'autre condyle fémoral et le plateau tibial
3. En avant, entre la rotule et la partie antérieure du fémur


Les ménisques sont deux petits coussins disposés entre le fémur et le tibia. En forme de croissant, ceux-ci amortissent le contact entre le cartilage du fémur et celui du tibia.

Le cartilage recouvre, à la manière d’une « moquette » les surfaces osseuses en contact.
Ce fin revêtement assure le fonctionnement harmonieux du genou par glissement.
L’usure du cartilage est appelée ARTHROSE

Comment reconnaître l’arthrose de genou ?

Le principal signe clinique est la douleur

Celle-ci prédomine d’un côté de l’articulation ou touche la totalité du genou.
Elle se localise dans la majorité des cas au genou sans irradiation. Elle augmente avec les activités physiques et peut se poursuivre la nuit.
Cette douleur s’accompagne progressivement d’une gêne au mouvement.
Un déficit d’extension du genou peut progressivement apparaitre.

La radiographie standard confirme le diagnostic.

Sur les radios standards, alors que les os sont bien visibles, le cartilage est transparent. Lorsqu’il y a arthrose la couche de cartilage entre les os s’amincit car elle s’use.
Sur la radio cette usure donne l’impression que les os se rapprochent. Au début le pincement est discret puis il s’accentue. Pour finir les os se touchent. Le contact se fait os sur os.

Pour voir ce pincement les radiographies doivent être faites debout, en appui sur les 2 pieds. Le bilan comprend un cliché où le genou est un peu plié comme la position « schuss » au ski. Cette radio est importante, en effet le genou s’use surtout dans cette position lors de la marche.

Le bilan radiologique comprend également une radiographie de la rotule.

A l’issue du bilan radiographique, l’usure articulaire peut être localisée sur un seul compartiment ou sur plusieurs compartiments.

PROTHÈSE TOTALE DE GENOU

L’intervention

La prothèse totale remplace la totalité du cartilage usé. Celle-ci reproduit les mouvements naturels du genou dans les trois plans de l’espace. Son fonctionnement se fait par glissement. Elle nécessite la conservation des ligaments latéraux.
La mise en place s’effectue après une recoupe osseuse enlevant, dans le même temps, le cartilage articulaire usé ainsi qu’une fine couche d’os qui est égale à l’épaisseur de la prothèse.

La prothèse totale se compose de trois parties

• Un élément fémoral métallique qui s’emboîte sur l’extrémité inférieure du fémur.
• Un élément tibial qui se pose, en plateau, sur le tibia. Il se compose d’une base métallique sur laquelle s’insère une semelle polyéthylène.
• Un médaillon rotulien polyéthylène y est ajouté si nécessaire.

Le contact entre les différentes pièces est toujours polyéthylène contre métal.
Différentes tailles sont disponibles. Elles correspondent aux variations anatomiques.


La navigation

Le chirurgien dispose d'un navigateur comme le maçon d'un fil à plomb ou le pilote d'un GPS.
Cet appareil, installé au bloc opératoire, repère les axes du membre opéré par un système de caméra relié à un ordinateur. A la fin de l'opération le membre doit être droit.

Le navigateur est particulièrement utile lors des reprises et sur les fractures anciennes du fémur ou du tibia, compliquées d'une arthrose du genou. Avec la navigation le chirurgien reproduit exactement les axes de l'articulation.


LE DÉROULEMENT DE VOTRE OPÉRATION
 
Quelle anesthésie va-t-on vous proposer ?

Il existe deux types d'anesthésie : locorégionale ou générale.

Dans certains cas, l'une des 2 techniques est préférable dans d'autres l'alternative est permise.
L'anesthésie locorégionale n'endort que le bas du corps. Le produit est injecté au contact de la moelle. Elle est déconseillée aux personnes émotives qui craignent d'entendre l'intervention.
L'anesthésie générale rend totalement inconscient. Ce type d'anesthésie nécessite une intubation pour permettre la respiration artificielle.
Un bloc périphérique peut être associé à ces deux anesthésies pour le confort post opératoire du patient en atténuant les douleurs au réveil. Le produit est alors injecté à proximité du nerf.

Vous faudra-t- il une transfusion ?

Le plus souvent l'apport de sang n'est pas nécessaire.
L'intervention saigne peu, vos réserves sont suffisantes.
- Vous pouvez être aidé, en pré-opératoire, par un traitement médical qui favorise la production de globules rouges (EPO).

Une bonne hospitalisation se prévoit ; qu'emporter ?

1. La carte d'identité. La carte vitale. La carte de mutuelle.
2. L’autorisation d'opérer, signée.
3. Vos médicaments personnels et vos ordonnances
4. Vos radiographies antérieures
5. Vos résultats de prise de sang et d’urine
6. Votre carte de groupe sanguin
7. Une paire de cannes anglaises
8. Une paire de bas de contentions
9. L’attelle réfrigérante igloo, pour les genoux.
10. Des chaussures fermant facilement et antidérapantes, avec un long chausse-pied
11. Des vêtements amples, faciles à enfiler et à retirer
12. Un nécessaire de toilette, sans oublier un petit miroir
13. De la lecture, et de quoi écrire.
14. Les numéros de téléphone de la famille et des amis
15. Si un séjour est prévu en centre : prévoyez une valise et faites suivre votre courrier


L'intervention

Vous entrez la veille ou le matin de l'intervention. Dès votre arrivée, vous êtes pris en charge par l'équipe paramédicale : premier bilan, douche, préparation de la zone opérée.
Vous restez à jeun durant les 6 heures précédant l'anesthésie cependant une boisson sucrée vous sera servie deux heures avant l'intervention.

Le matin de l'intervention le brancardier vous conduit au bloc opératoire où l'équipe vous reçoit en salle de pré anesthésie.
L'intervention se déroule en salle d'opération. Le geste opératoire dure environ 75 minutes.

Tout sera fait pour respecter les muscles et diminuer la douleur :

La voie d'abord sera mini invasive sans couper le muscle quadriceps : voie Subvastus
La membrane synoviale sera refermée, ce qui facilite la récupération de la flexion.

             Aucune section musculaire
             Récupération fonctionnelle plus rapide
             Saignement et douleur moindre
             Durée d'hospitalisation courte
             Rééducation en ville ou à domicile possible


La douleur sera prise en charge de façon PRIORITAIRE :

•  Durant l'intervention votre chirurgien injectera un produit contre la douleur dans les zones sensibles de l'opération.
•  Après l'intervention, vous garderez un cathéter qui vous enverra directement dans le genou des produits contre la douleur pendant 48 heures.

Vous êtes ensuite conduit en salle de réveil, toujours au bloc. Vous y resterez 1 à 2 heures.

Suites opératoires

Vous regagnez votre chambre. Le traitement anti-douleur a déjà été commencé. Il vous accompagnera tout au long de votre séjour. Ce traitement a fait d’énormes progrès avec le cathéter laissé en place. Il vous permettra une Récupération Rapide Après Chirurgie.

La rééducation débute dès le soir de l’intervention par une mobilisation du genou.
Dès le lendemain vous marcherez avec deux cannes puis, très vite, avec une seule canne.

Le travail de flexion articulaire est intensifié avec comme objectif 90° au quatrième jour.
Cette rééducation se poursuit soit à domicile soit en centre de rééducation.

La durée d’hospitalisation est habituellement de 3 à 5 jours.

Votre retour à domicile ou vers le centre de rééducation est organisé par l’établissement.
Votre infirmière RRAC sera joignable pour toutes vos questions.

Quelles précautions prendre avec votre prothèse ?

Votre lit est à surélever si celui-ci est bas (matelas supplémentaire …)
Debout vous éviterez de pivoter vivement en prenant appui sur la jambe opérée.
Assis pour vous relever vous utilisez en appui la jambe saine, la jambe opérée est tendue. Servez-vous des accoudoirs et évitez les sièges profonds.
A genoux
Pas de flexion forcée en vous accroupissant. Il convient d’éviter de vous mettre à genoux sur la prothèse.

La voiture comme conducteur est possible à partir de la 3ème semaine.
Comme passager, vous pouvez monter dès votre sortie de la clinique : le siège avant est reculé. Vous faîtes pivoter les deux jambes ensemble, la jambe saine soutenant la jambe opérée légèrement tendue.

Pour se chausser évitez la position debout. Chaussez-vous assis avec un chausse-pied long.
Pour se laver préférez la douche à la baignoire. Un tapis antidérapant est le bienvenu.

En cas d’infection dentaire, urinaire,…, consultez vite votre médecin. En effet il existe un risque d’infection de la prothèse, même des années après, à partir d’un autre foyer infectieux négligé.

Quelques conseils pour voyager :

-  Si vous partez pour un pays lointain, dont le système de santé est rudimentaire, il faut consulter votre médecin avant votre départ.
-  Soyez prudent vis-à-vis de tous les problèmes infectieux : une angine, une infection intestinale ou urinaire est toujours possible.
-  Une assurance avec rapatriement sanitaire est souhaitable en cas de problème.
-  Si vous prenez l’avion, les portiques d’aéroport peuvent sonner. Une attestation de votre chirurgien peut être utile.


Quels résultats pour votre prothèse ?

La douleur va disparaître et le genou pliera à près de 120° mais celui-ci restera gonflé de 2 à 4 mois. Habituellement une gêne persiste de façon modérée, au changement de temps, durant 6 à 12 mois sans nécessiter le moindre traitement.
Ces bons résultats sont obtenus dans la majorité des cas (plus de 90%). Dans moins de 10% des cas la douleur est encore perçue par moment et peut nécessiter la prise d’antalgiques.

Certaines précautions sont nécessaires : éviter les mouvements de trop grande flexion au-delà de 120°, la position à genoux ainsi que les sports violents.

Vivre « normalement » avec une prothèse est tout à fait possible si votre activité de tous les jours est classique. Dans la très grande majorité des cas vous retrouverez une excellente qualité de vie. Une participation réfléchie à divers sports est autorisée : natation, golf,…